Search and Hit Enter

Série objectifs : objectif + système : le combo gagnant

Maintenant que nous avons des méthodes pour noter leur avancement et les atteindre, il est temps de définir ces fameux objectifs !
Vous connaissez peut-être tou-t-es l’objectif SMART (spécifique, mesurable, acceptable, réaliste et temporellement défini), allons un peu plus loin avec le combo objectif + système.

Objectif et système, de quoi parle-t-on ?

Pour faire simple, l’objectif vise un état ou un produit fini, quand le système (une vilaine traduction littérale) décrit une série d’actions régulières qui nous permettront d’atteindre notre but.

Quelques exemples :

  • Objectif : je tricote un pull simple d’ici le mois de février.
  • Système : je tricote 3 rangs par jour sauf le week-end.

  • Objectif : je mets de côté X euros d’ici décembre, soit X euros par mois.
  • Système : à réception de mon salaire, je calcule ce qu’il me reste après les charges fixes et je place la somme choisie. Je note mes dépenses chaque jour. Si je dois piocher dans mes économies, je regarde mes postes de dépense pour identifier des actions pour le mois prochain. En fin de mois, je fais un bilan des revenus, charges, dépenses et épargne pour suivre l’avancée de mon objectif.

Rien de très sorcier, on se créé des habitudes simples, des rendez-vous avec soi-même pour avancer petit à petit.

Pourquoi se fixer des objectifs ?

Sans objectif, on peut avoir tendance à rester dans le vague – “un jour, j’aimerais faire…”,  “quand j’aurais le temps…” –  et à remettre nos projets au lendemain.

On risque également de manquer de visibilité : dans le cas du budget, avoir un objectif nous oblige à être rigoureux-se dans son suivi et d’identifier pourquoi tout notre argent part avant la fin du mois (que notre salaire soit de 900 ou de 3000 euros).

Trouver l’inspiration

Avant tout, nous ne sommes pas obligé-e-s de nous imposer des objectifs dans notre vie personnelle, notre forme, notre activité, etc. Cette année, j’ai senti que je ne devais pas me fixer d’objectif (sauf un système de gestion de budget) et que je souhaitais profiter de l’instant présent, sans anticiper. Même si j’ai un projet, il sera en pause tant que ce sera nécessaire.

Alors pas de pression, écoutez-vous et suivez votre intuition !

Voici quelques situations pour vous inspirer des objectifs :

  • Une situation ne vous convient pas et vous sentez qu’un changement est nécessaire : argent, forme, relation, habitudes, utilisation des réseaux sociaux, lieu de vie, travail …
  • Vous avez envie de découvrir quelque chose : un passe-temps, un lieu, un auteur, …
  • Vous reportez un projet ou une action en tête depuis longtemps, sans arriver à y croire ou à vous y mettre.

Notez vos idées, que ce soit une liste de souhaits ou un dessin de votre situation idéale comparée à votre situation actuelle puis demandez-vous :

” Pourquoi est-ce que je veux atteindre cet objectif ? “

En creusant (les fameux cinq pourquoi), vous pourrez découvrir votre motivation et peut-être un autre objectif.

” Pour qui ? Est-ce que je le fais pour moi ? “

Se fixer un objectif pour la satisfaction d’une autre personne, c’est souvent courir le risque d’être déçu-e ou frustré-e : “J’ai fait cela pour X et je n’ai aucune reconnaissance, aucun merci”. Alors faites-le pour vous !

” Ai-je assez d’énergie pour le faire maintenant ? “

Votre objectif est-il bon pour vous ? Si vous êtes déjà épuisé-e, vous pouvez noter votre objectif pour plus tard ou bien le retravailler pour qu’il soit atteignable. Pensez à la méthode des petits pas.

Une fois vos objectifs identifiés, il vous reste :
  • À les formuler sous forme d’affirmation : 
    • “J’obtiens mon diplôme de… à telle date”
    • “Je suis maître de mon alimentation du lundi au vendredi” et non “J’arrête le chocolat” (frustration garantie !).
    • “D’ici 2 ans, j’ai économisé l’équivalent de X mois de salaire d’ici deux ans” et non “J’arrête les achats compulsifs” (idem)
  • À les visualiser :
    • Fermez les yeux et faites comme si vous aviez déjà atteint votre objectif : que ressentez-vous ? Où êtes-vous ? Avez-vous un objet dans les mains ? Faites appel à vos cinq sens pour convaincre votre cerveau que vous y êtes déjà.

” Si l’on arrive à garder une image dix-sept secondes en tête, elle deviendra une réalité virtuelle “

Dominique Loreau, L’art de la simplicité

Le système : la clé du succès

Entrons dans le coeur du sujet : le système, votre système, est un ensemble d’habitudes qui mènent à l’objectif.

Le système assure que nous choisissions des actions qui sont de notre ressort. Un objectif ne dépend parfois pas que de nos actions (ex: je peux économiser pour un voyage mais je ne maîtrise pas une annulation ou la météo). C’est primordial pour éviter les frustration et lâcher prise sur le reste.

Pour illustrer comment on construit un système, je vais vous expliquer ma préparation pour réussir une certification de langue étrangère. De retour du Japon fin 2016 avec mes livres et beaucoup de motivation, mon objectif était d’obtenir le diplôme JLPT Niveau 3 en décembre 2017. Les cours et manuels étant très structurés, cela m’a permis de mettre en place un système, ensemble d’habitudes, avant même de connaître le concept.

Je me suis d’abord demandée “de quoi ai-je besoin pour atteindre cet objectif ?”

    • Utiliser les formes grammaticales de niveau 3 ;
    • Lire et reconnaître X mots de vocabulaire ;
    • Maîtriser l’écriture et la lecture des X kanji (caractères japonais) ;
    • Être capable de comprendre une conversation de niveau 3 ;
    • Savoir lire et analyser un texte de niveau 3.

Ensuite, je me suis penchée sur le comment :

    • Je suis les X leçons de chaque livre en 9 mois, cela donne X leçons par semaine pour chaque matière.
    • J’assimile le vocabulaire et les kanji avec la répétition, comme appris dans le merveilleux cours gratuit Learning how to learn de Coursera (une pépite, vraiment).
    • Les cours avec un professeur donnent plus de chance de réussir : je recherche un cours collectif qui rentre dans mon budget (à l’époque le japonais n’était pas compatible avec le CPF).

J’ai sorti mon agenda pour tout calculer et cela m’a donné un système à mettre en place :

    • La dernière leçon de kanji…

      Avant de partir au travail, je révise les kanji de la veille et en apprends 5 nouveaux.

    • Dans les transports, j’utilise l’application Memrise pour ancrer la mémorisation.
    • Avant le dîner, je suis une leçon de grammaire et j’alterne une leçon de vocabulaire avec une leçon de compréhension orale. J’apprends le reste des kanji de la leçon du matin.
    • Le week-end, je révise et me repose (ma mémoire me fait défaut sur ce point…).
    • 3 mois avant l’examen, je prends un cours de préparation le samedi à l’Inalco, j’utilise le livre d’auto-évaluation et passe des examens blancs.

Le système permet donc de prendre de bonnes habitudes : on dit qu’il faut 28 jours pour qu’elles s’ancrent et remplacent celles dont on ne veut plus. Patience et persévérance !

Enfin, nous étions plusieurs amies à tenter l’examen à différents niveaux cette année, le soutien moral est essentiel alors partagez vos systèmes entre vous ! En cours de japonais à Tokyo, j’avais copié une amie dont les notes étaient superbement structurées et cela m’a beaucoup aidée.

Tadaaa !

Les objectifs sur le long terme

Il est essentiel de noter ses objectifs et les actions du système pour y revenir régulièrement. Comme la visualisation, écrire donne vie à nos pensées : les concrétiser représente déjà un beau chemin parcouru !

En parlant de (long) chemin : pour tenir la distance, autorisez-vous à célébrer les petites victoires, à adapter le système ou à lâcher du leste à certains moments. Certains disent que le bonheur se trouve sur le chemin et non à l’arrivée donc profitez-en ! Personnellement, c’était un plaisir de remplir des cahiers et de voir les chapitres avancer : chacun-e a ses préférence, respectez les vôtres 🙂

Je vous laisse sur ces belles pensées et vous souhaite plein de belles choses jusqu’au prochain article ! Je pense parler des “mauvaises” habitudes et des méthodes pour libérer de l’espace mental ou du temps pour soi du temps.

En attendant (cet article a été commencé en juillet 2020…), je vous invite à écrire vos questions, remarques et astuces en commentaire !

Jennifer

 

No Comments

Un petit mot pour nous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.